Un week-end au temple bouddhiste

6 et 7 Mai 

Sur la route de la côte Est à vélo, j’ai croisé le chemin de ce temple. Un Bouddha doré, trône, majestueux en haut de la montagne, face à la mer. Le temple principal est vraiment joli aussi, en trois parties pour les autels, spacieux…serein. Une myriade de bassin à nénuphars longe l’allée principale et des lampions rouges remontent tout le long des marches. On se croirait dans un autre temps…et c’est un peu le cas ! Nous sommes ici, hors du temps ! C’était de nuit la première fois, et c’était magique !

 

Revenir comme une fleur

Quand je décide de revenir (2 jours plus tard), j’arrive en bus local depuis Hualien. Je montre la carte du temple au chauffeur, il acquiesce, me dépose devant. Il est 17h. Il semble y avoir une cérémonie, les chants résonnent encore dans les hauts parleurs et les couloirs du temple sont vides. Lorsque j’ai atteint la plateforme devant le temple, les chants s’arrêtent et la moine qui m’avait accueilli l’autre jour m’envoie un sourire radieux en agitant la main. C’est l’heure du repas et encore une fois, les pratiquants mangent dans une salle et les master dans l’autre. Ce soir je me couche assez tôt…Car le réveil est à 5h demain matin.

 

vivre les rituels

C’est une journée particulière puisque c’est le dernier jour de la semaine de célébration de l’anniversaire de Bouddha. Au programme 5 cérémonies dans la journée. Le jour n’est pas encore complètement là. Il règne une atmosphère paisible en ce lieu, qui se mélange au sentiment subtile d’un levé de matin : ce petit instant magique où le jour traverse la nuit et où tout semble encore possible dans cette nouvelle journée qui naît.

Une moine fait le tour des chambres avec deux blocs de bois qu’elle frappe l’un contre l’autre pour réveiller les marmottes qui sommeillent encore. Un tambour énorme fait résonner sa voix dans le temple, martelé par une petite dame sur une échelle. Quand elle a finit, la cloche d’en face prend le relais…la séance est ouverte.
Chaque fidèle est installé de part et d’autre de l’allée centrale. Chacun prend sa partition et chante en boucle la même phrase musicale.

La cérémonie étant en chinois, ce moment privilégié reste tout de même un peu long…et au bout de 35 minutes…je m’éclipse discrètement pour aller visiter le joli parc du temple.
J’aide ensuite à nettoyer le bassin aux nénuphars. A l’ombre, ça va, mais en plein soleil je comprends pourquoi le rythme en Asie est plus lent qu’en Europe !

C’est l’heure de la deuxième cérémonie à laquelle on me convie…et ils ont l’air tellement heureux de partager cela que je n’ai pas le cœur à refuser. 

J’ai même droit à mettre un vœux sur l’autel sous forme d’encens. Je ne suis pas très à l’aise côté rituels, mais je suis contente de prendre part à cette invitation! Les heures de la journée passeront ainsi…entre moments au temple, balades contemplatives dans le jardin et vue sur la mer depuis le Bouddha d’or en haut de la montagne. 

 

La cérémonie du thé

A 16h, mon hôte me fait l’honneur de la cérémonie du thé. Dans un ensemble de petits récipients en bamboo et fonte, elle passe les feuilles de thé dans divers ustensiles avant de les plonger dans la théière sur laquelle elle versera de l’eau chaude à 5 reprises, pour 5 tasses de thé aux goûts légèrement différents à chaque fois. Elle me sert dans de petits dès à coudre de porcelaine et me questionne sur le goût que je ressens. S’en suis une discussion sur la vie, son engagement de moine, sa mission et sa conception du bonheur. 

 

Retour à la vie “normale”

Le lendemain matin, 7h, il est temps de dire au revoir à cette parenthèse. J’ai beaucoup aimé découvrir la vie du temple. Ce n’est pas la mienne, c’est certain, mais je sors grandie de cette découverte…et garderai longtemps en mémoire ce visage rayonnant de la moine qui m’a ouvert la porte de son quotidien pour quelques jours.

 

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *